Critique : After Earth

« Après un atterrissage forcé, Kitai Raige et son père, Cypher, se retrouvent sur Terre, mille ans après que l’humanité a été obligée d’évacuer la planète, chassée par des événements cataclysmiques. Cypher est grièvement blessé, et Kitai s’engage dans un périple à haut risque pour signaler leur présence et demander de l’aide. Il va explorer des lieux inconnus, affronter les espèces animales qui ont évolué et dominent à présent la planète, et combattre une créature extraterrestre redoutable qui s’est échappée au moment du crash. Pour avoir une chance de rentrer chez eux, père et fils vont devoir apprendre à œuvrer ensemble et à se faire confiance… »

M.Night.Shyamalan est probablement le réalisateur le plus controversé d’Hollywood. Certains se souviennent de lui pour avoir réaliser des chefs d’œuvre incontestables, d’autres pour avoir mis en scène les pires navets de ces 10 dernières années. C’est donc avec passion, et quelque soit le camp qu’aura choisit le spectateur, que le film est attendu. Surtout qu’il est accompagné du père/fils Smith qui ne cessent d’alimenter les journaux people.
En souplesse et en délicatesse, avec des moments intimistes, et des scènes d’actions qui se comptent sur les doigts d’une main, Shyamalan redore enfin son blason. Bien loin de la magnificence du « Sixième Sens », ou du mémorable « Incassable », Shyamalan prouve tout simplement qu’il n’a pas perdu sa plume. Il propose une réflexion sur la notion de peur, sur le rapport père-fils, avec un background écologique. Dame Nature n’est plus très loin et devient même un personnage à part entière. L’odyssée de Kitai débute, et à travers son regard, le spectateur évolue gracieusement dans un monde sauvage où le danger est omniprésent. Guidé par son père, Cypher, il va apprendre à devenir un homme.
Juste, sans prétention, divertissant, After Earth n’en ai pas moins constitué de défauts. Un blockbuster ? Pas tout à fait. Un film d’auteur ? Pas vraiment. Il est difficile de lui donner une étiquette. Les scènes originales, parfois émouvantes, les discours intelligents et non moralisateurs sont malheureusement accompagnés de situations frustrantes, bourrées de clichés empêchant au film d’apporter une certaine ampleur au sujet. L’idée est singulière, mais le scénario ne surprend jamais. Ainsi soit-il, « After Earth » a le même syndrome que « La Jeune Fille de l’Eau » : L’idée est bonne mais aurait du être plus approfondie. Il y a donc cet arrière goût fugace d’une œuvre qui semble inachevée, à l’image d’une introduction bien trop expéditive, surtout pour un univers aussi dense.
Le duo Smith fonctionne. Will et Jaden ne font pas des merveilles mais ne sont jamais ridicules. Le rite initiatique de Jaden Smith est laborieux mais le passage de flambeau est réussi.
Jaden Smith s’assure une carrière florissante, tandis que M.Night.Shyamalan, après deux catastrophes cinématographiques, montre que son talent n’a pas totalement disparu. N’en déplaise aux détracteurs qui se font nombreux à travers le monde.

20130618-001257.jpg

20130618-001302.jpg

20130618-001308.jpg

20130618-001313.jpg

Frédéric Ayen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s